Biographie de Beaumarchais

Pierre Augustin Caron de Beaumarchais (1732-1799) est né à Paris où son père, André-Charles Caron, était un horloger respecté. Pierre grandit dans l’amour de ses cinq sœurs et dans l’aisance matérielle. Il apprit rapidement le métier de son père et inventa à l’âge de 19 ans le mécanisme de l’échappement à hampe qui lui valut l’honneur d’être remarqué par le roi Louis XV : celui-ci lui commanda une montre semblable à celle qu’il avait faite pour Madame de Pompadour.

Il épousa en 1756 Madeleine-Catherine Aubertin, veuve Franquet, mais celle-ci décéda un an plus tard. On le soupçonna alors d’avoir été son assassin. La même année, il prit le nom de Beaumarchais.

Ayant un goût marqué pour la musique , il acquit une maîtrise suffisante pour devenir, dès 1759, le professeur de harpe des filles de Louis XV.

 

Il acheta une charge de secrétaire du roi, puis devint lieutenant général des chasses, et commença à écrire.

En 1764, il fit un voyage en Espagne pour protéger sa sœur, qui avait été abandonnée par son fiancé, Clavijo. Son compte-rendu de cette mission dans ses Mémoires, a suggéré à Goethe le drame Clavigo.

Il se tourna vers le théâtre, écrivit Eugénie (1767), un drame domestique assez réussi qui s’inspirait largement de l’incident Clavijo, et, deux ans plus tard, Les deux amis, autre drame qui connut un échec.

En 1768, il épousa une riche veuve, Geneviève-Madeleine Wettebled Lévêque. Elle mourut également après un mariage de courte durée, en 1771, en lui laissant une grande fortune. Beaumarchais fut accusé de détournement d’héritage et subit des rumeurs infondées d’empoisonnement. Sa troisième épouse fut Marie-Thérèse Willermanulas, épousée en 1786.

Entre temps, Beaumarchais avait été poursuivi pour toutes sortes de spéculations financières, enchaînant les procès et les affaires scandaleuses. Ceci lui permit de renouveler le genre des mémoires judiciaires, mais il y perdit sa fortune et de nombreux soutiens.

 

Il travailla pour les services secrets du roi. En 1775, l’une de ses missions en Angleterre avait pour but de détruire les Mémoires secrets d’une femme publique, biographie dans laquelle Charles Theveneau de Morande attaquait Madame Du Barry. Beaumarchais obtint l’ouvrage qu’il brûla entièrement à Londres. Au cours de cette aventure, il eut des démêlés avec le chevalier d’Eon. Une autre expédition conduisit Beaumarchais en Angleterre et en Hollande pour s’emparer d’un pamphlet contre Marie-Antoinette et donna lieu à une série d’incidents plus étonnants que les propres intrigues de ses pièces.

 

Les différentes visites en Angleterre avaient amené Beaumarchais à s’intéresser de près à la lutte entre les colonies américaines et la mère-patrie. C’est pourquoi il partit en Amérique où il défendait ardemment la cause des insurgés, et réussit à pousser le gouvernement français à s’impliquer en fournissant de l’assistance sous forme d’argent et d’armements aux Américains.

En juin 1776, en tant qu’agent des gouvernements français et espagnol, il se chargea de transmettre beaucoup d’argent aux insurgés, s’enrichissant au passage grâce au trafic d’armes.

 

En 1777, Beaumarchais fonda l’une des premières organisations de protection des droits d’auteurs, la Société des Auteurs Dramatiques. Après la mort de Voltaire, Beaumarchais acheta ses livres interdits. Pour les publier, il ouvrit une imprimerie à Kehl, hors de portée de la censure française, et en sortit la première édition complète de Voltaire (1784-1790). Cette édition de 70 volumes connut un désastre financier.

 

Beaumarchais soutint la Révolution française, mais sa position à la cour royale jetait sur lui la suspicion. En 1792, il perdit de l’argent en essayant de vendre des fusils aux armées révolutionnaires ; il passa également un certain temps dans la prison de l’Abbaye.

Après sa libération, Beaumarchais fuit à travers l’Angleterre et la Hollande à Hambourg. Ses biens furent confisqués à Paris et sa famille emprisonnée. En 1796, il rentra en France.

Beaumarchais mourut d’un accident vasculaire cérébral à Paris le 18 mai 1799.

 

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • beaumarchais avait cinq soeur
  • beaumarchais biographie courte

Share and Enjoy

Email
Print